Zentralpräsident des Automobil Clubs der Schweiz

président central de l’Automobile Club de Suisse

ABORDER UN AVENIR PROMETTEUR EN FAISANT PREUVE DE PRUDENCE ET D’ÉGARDS

Le nouveau président central de l’Automobile Club de Suisse (ACS) souhaite ramener rapidement l’ACS dans des eaux plus calmes. Les litiges juridiques doivent dans la mesure du possible être réglés pacifiquement et il importe de calmer les esprits. De plus, le Conseiller national Thomas Hurter veut une formation de l’opinion reposant sur une base encore plus large et permettre de la sorte à l’ACS de retrouver sa force.

Permettez-moi de constater d’emblée ce qui suit: j’ai un grand respect de la fonction de président central de l’Automobile Club de Suisse et cela à deux égards: je suis d’une part parfaitement conscient qu’au cours des mois passes, la réputation de l’ACS a été ternie – non seulement dans le public, mais aussi auprès de nos membres. Une de mes tâches primordiales consistera donc à réparer les dégâts causés.

De l’autre, j’aborde avec respect ma mission, car je me suis fixé des objectifs ambitieux. L’Automobile Club de Suisse a toujours été et restera «mon club», ma patrie en politique des transports lorsqu’on aborde des questions de fond. C’est pourquoi il me tient d’autant plus à coeur que l’ACS puisse (et cela rapidement!) se concentrer sur sa mission essentielle, à savoir défendre les intérêts des automobilistes. Je suis certain que l’ACS réussira à calmer à nouveau les esprits. Pour cela, il faudra en priorité régler au plus vite les confrontations juridiques. Cela va naturellement demander à tous de faire certains compromis.

«Je suis certain que l’ACS arrivera à calmer les esprits.»

Pour conclure, il sera parallèlement aussi nécessaire que la formation de l’opinion au sein de l’ACS repose sur une base encore plus large. Les membres et surtout les sections compétentes doivent être intégrées de manière plus systématique et continue lorsqu’il s’agit de prendre des décisions stratégiques.

Dans les neuf à douze mois à venir, il faudra donc aussi repenser les structures de l’ACS et les concevoir de manière à exploiter de manière optimale son impact et son potentiel considérable. Car une chose est certaine: les automobilistes en Suisse ont besoin d’un ACS fort qui défend systématiquement leurs besoins et causes.

thomas hurter

CN Thomas Hurter,
Président central de l’Automobile Club de Suisse

À PROPOS DU NOUVEAU PRÉSIDENT CENTRAL

Au Conseil national, le nouveau président central de l’ACS Thomas Hurter s’est taillé une renommée comme politicien des transports et de la sécurité. Pendant deux ans (jusqu’en novembre 2015), il a présidé la Commission de la politique de sécurité du Conseil national. Ce Schaffhousois âgé de 52-ans est perçu comme une personne collégiale, sociable et ouverte au dialogue. En 2015, certains le voyaient déjà devenir Conseiller fédéral.

Ce père de famille de deux enfants est membre de l’ACS depuis 22 ans, son épouse est la vice-présidente de la section de Schaffhouse. Hurter est un ancien pilote militaire de carrière, depuis 1993, il est pilote de ligne et depuis 2002, inspecteur de l’examen d’aptitude professionnelle aéronautique. Actuellement, ce Schaffhousois conduit un avion long-courrier A330 der SWISS. Pendant ses loisirs, il pratique beaucoup de sport et notamment le ski et l’aviron (Texte Markus Rutishauser).

 

Auteur: Thomas Hurter

Cet article vous plaît-il ?:

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.