Assemblea dei delegati

Assemblée des délégués

Affronter l’avenir avec plus de force

Le temps ensoleillé aux bords du lac des Quatre-Cantons cadrait parfaitement avec l’ambiance de l’Assemblée des délégués de l’ACS au Centre de conférences du Musée des transports de Lucerne.

La direction du club, sous la conduite du conseiller national Thomas Hurter, tout comme les 17 sections présentes qui ont exercé leur droit de vote avec 57 délégués, étaient empreints d’une ambiance très positive. L’ACS avec ses 103’035 membres (état au 1er mai 2018), sous la nouvelle direction, navigue à nouveau dans des eaux beaucoup plus calmes, et ce dans de nombreux domaines. L’avenir est dans le viseur : l’Automobile Club de Suisse a 120 ans, il veut adapter ses structures et services et poursuivre sa croissance. « L’année 2017 a été marquée par nos nouveaux partenariats avec Allianz Global Assistance et l’ambassadeur Tom Lüthi » constatait Hurter. Un éloge présidentiel appuyé s’adressait à l’administration centrale de Berne et au secrétaire général Fabien Produit principalement, qui, selon le président, « sont à nouveau réunis, forment une équipe gagnante et font un excellent travail. » De nombreuses discussions passionnantes ont également eu lieu au sein du Comité de direction. Parmi les différents thèmes importants traités, il mentionnait la problématique CO2, Mobility Pricing et la limitation de vitesse à 30 km/h. L’ACS continuera de se positionner en première ligne et de s’engager sans faille pour défendre les intérêts de ses membres.

Assemblée des délégués
Thomas Hurter

Fabien Produit, Secrétaire général, avait le plaisir de présenter aux délégués des comptes 2017 réjouissants, clôturés avec un bénéfice respectable. Les responsables ont souligné que ce résultat fantastique était la conséquence d’une maîtrise des charges complète et cohérente. Après des années de forte activité en marketing et d’événements imprévus, l’année dernière a été marquée par l’apaisement et la consolidation. Dans ce contexte, certaines activités ont été volontairement arrêtées ou réduites. La baisse des charges de personnel a également contribué au résultat positif. Par conséquent, les cotisations des membres de l’ACS demeureront inchangées en 2019.

Simone Gianini a été élue au Comité de direction en tant que représentant de la Suisse italienne. Cet homme politique de 42 ans, très concerné par la politique des transports, est avocat et notaire à Bellinzona et président de la Commission régionale des transports. Daniel Seiler, de Bâle, est également un nouveau membre du Comité de direction de l’ACS. Cet économiste d’entreprise, diplômé ESCEA, âgé de 49 ans, est membre du Conseil d’administration de la section ACS de Bâle et vice-président du parti PLR de Bâle. Seiler remplace Lorenz Imhof. Le Comité de direction de l’ACS est donc composé comme suit : Thomas Hurter (réélection), vice-président Julien Broquet (réélection), Ruth Enzler Denzler (réélection Zurich), René Desbaillets (réélection Genève), Peter Hirn (réélection St-Gall – Appenzell), Beat Studer (réélection Schwyz-Uri), Simone Gianini (nouveau) et Daniel Seiler (nouveau). Olivier Hertzeisen (section Les Rangiers) a été nouvellement élu au comité de gestion.

Assemblée des délégués

La réunion des délégués s’est terminée par un entretien avec Tom Lüthi, ambassadeur de l’ACS. Malgré son succès, le premier pilote suisse de MotoGP est resté « un type très terre à terre et sympathique », comme l’atteste le Président central Thomas Hurter. Le natif de l’Emmental, âgé de 31 ans, a raconté son enthousiasme précoce pour la moto, qui lui a été transmis par son père, et son succès dans la catégorie Moto2, couronnée par le titre de champion du monde en 2005, à l’âge de 19 ans. « Bien sûr, je ne suis pas satisfait de ma saison de MotoGP jusqu’à présent », a admis ouvertement le bernois. Toutefois, il était déjà conscient au préalable que la première phase serait difficile. « Maintenant, il faut être patient. À ce niveau, il n’y a plus de grands à franchir pas Je dois continuer à me motiver pour chaque petit pas en avant », a déclaré Lüthi.

Assemblée des délégués

Interrogé sur ses nombreuses chutes, l’homme d’Oberdiessbach a dit : « Il est important de connaître les causes qui m’y ont conduit. Ce n’est qu’à ce moment qu’elles peuvent être acceptées et digérées. » Bien sûr, Lüthi sait qu’il doit sortir au plus vite de cette épisode noire afin de conserver sa place sur la grille de départ en MotoGP. « Mais je ne veux pas me projeter trop en avant, car pour moi, seule la prochaine course compte », a souligné l’ambassadeur de l’ACS. Il estime être encore en phase d’apprentissage. Les 280 PS d’une machine MotoGP, légère de 160 à 170 kg, demandent à être maîtrisés. De plus, il y a de grandes différences entre les pneus Moto2 (Dunlop) et MotoGP (Michelin) ainsi que le fait que pour le MotoGP, beaucoup plus d’électronique doit être adapté au plus juste. À la question de Thomas Hurter si le sport automobile était suffisamment promu en Suisse, Lüthi a répondu : « Je ne peux parler que pour moi-même. Mon talent a été favorisé uniquement par ma famille et mes proches. Il y a certainement encore un grand potentiel d’amélioration en Suisse. » C’est pourquoi il est ravi également de l’engagement d’ACS. « Nous sommes faits l’un pour l’autre ! L’ACS soutient le sport automobile suisse à de nombreux niveaux. Et moi, je voyage beaucoup – souvent en voiture. C’est bon de savoir que j’ai un partenaire fiable dans ce domaine également. » Lorsqu’à la fin, on lui a demandé quels étaient ses souhaits, Tom Lüthi a répondu avec un grand sourire : « Un peu plus de grip (adhérence des pneus, lla rédaction) lors des courses serait génial ! ».

Assemblée des délégués

Les délégués ont terminé l’après-midi avec une séance d’autographes avec Tom Lüthi et un apéritif.

Images: Clément Maignant

Auteur: Markus Rutishauser

Cet article vous plaît-il ?:

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.