vote

Avancer grâce à un financement équitable des transports!

L’année 2016 est d’une importance capitale pour la politique des transports de notre pays. L’adoption du tunnel de réfection au Gothard lors de la votation du 28 février a permis de poser un premier jalon positif. Grâce à l’initiative Vache à lait, le Souverain aura l’occasion le 5 juin 2016 d’assurer le financement d’une infrastructure routière moderne.

En résumé, les objectifs de l’initiative populaire « pour un financement équitable des transports » sont les suivants:

1. Avancer:

dans les agglomérations urbaines, les embouteillages posent le plus de problèmes, car les assainissements et développements ont été négligés trop longtemps. Le peuple a adopté en février 2014 le projet FAIF qui garantit le financement des transports publics. Maintenant, il s’agit d’investir aussi dans l’infrastructure routière pour pouvoir avancer en toute sécurité et rapidement.

2. En finir avec les embouteillages:

en 2014, les citoyennes et citoyens suisses ont été immobilisés pendant 21‘541 heures dans un embouteillage. La principale raison: des congestions du trafic. Cela coûte aux contribuables suisses, mais aussi à notre économie, chaque année environ CHF 2 mrd. Pour baisser ces coûts, des investissements dans le réseau routier s’imposent. Les industries et arts et métiers mais aussi les consommateurs en profiteront.

3. Les fonds routiers appartiennent à la route:

sur les environ CHF 9 mrd que les automobilistes versent chaque année à la Confédération via les taxes et redevances, 36 pour cent seulement sont investis dans le réseau routier. Le reste alimente la caisse générale de la Confédération et n’est pas affecté à l’utilisation finale prévue à l’origine. Aujourd’hui déjà, les automobilistes versent près de 60 pour cent du prix du litre d’essence à l’État. Il s’agit de mettre enfin le holà à cette curée sur le portemonnaie des automobilistes.

4. Besoins de financement démontrés – la route a d’urgence besoin d’argent:

Le réseau suisse des routes nationales atteint son seuil de capacité. Depuis 1995, la longueur globale des routes est restée inchangée, seul le réseau des routes nationales a augmenté entre 1995 et 2012 de 17 pour cent. Le développement et l’entretien des routes s’imposent maintenant rapidement. Les besoins de financement et d’investissements démontrés sont énormes.

5. Des routes sûres permettent de protéger des vies:

les goulets d’étranglement doivent d’urgence être éliminés. Des routes de contournement des quartiers d’habitation permettraient à maint endroit d’augmenter la tranquillité et surtout la sécurité. Plus de personnes et plus de moyens de transport sont aussi synonymes d’un risque d’accident accru. Vouloir faire des économies au niveau de l’infrastructure des transports serait désastreux dans l’optique de la sécurité.

6. Renforcer la démocratie – les usagers de la route doivent avoir voix au chapitre:

il est fâcheux que les usagers de la route doivent constamment payer davantage de redevances et taxes sans avoir pour autant leur mot à dire lorsque celles-ci font l’objet d’une augmentation. C’est pourquoi il importe que la possibilité de codécision des usagers de la route soit inscrite dans la Constitution.

Le 5 juin 2016, nous aurons la chance de rendre nos routes à tous les égards plus adaptées à nos besoins futurs!

Journal d’information sur l’initiative pour un financement équitable des transports

Journal d’information sur l’initiative pour un financement équitable des transports

Auteur: Janine Weise

Cet article vous plaît-il ?:

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.