Formel-E

Zurich E-Prix

« LE RÊVE DEVIENT RÉALITÉ »

Pascal Derron, fondateur et PDG de Swiss E-Prix Operations SA, se souvient : « En automne de l’année dernière, personne ne nous a pris au sérieux quand nous avions annoncé que nous allons faire venir la Formule E à Zurich ». Mais sa société, propriétaire des droits, organisatrice et distributrice de l’événement, a relevé le défi avec succès. « Nous avons prouvé que nous tenons nos promesses ! En organisant le Julius Bär Zurich E-Prix 2018, nous voulons placer la barre très haut. Notre équipe est super-motivée et très expérimentée, et nos partenaires du secteur sponsoring et événements prennent pleinement part à la réalisation de ce challenge » a souligné Derron lors d’une conférence de presse. L’équipe de base est composée de 80 personnes environ, mais brièvement avant et au cours de l’événement, jusqu’à 2’000 seront à l’œuvre. Sur l’année, l’organisation qui possède les droits de licence pour une période totale de 6 ans, emploi une douzaine de collaborateurs permanents. Donner souligne que la ville de Zurich n’aura à couvrir aucuns frais occasionnés par la course. Bien au contraire : « La manifestation génèrera des revenus. »

Corine Mauch, maire de la ville, est également consciente de l’importance de cette manifestation au rayonnement mondial. Elle est ravie qu’après Rome (14 avril), Paris (28 avril) et Berlin (19 mai), la Formule E ait choisi d’organiser une course dans la ville au bord de la Limmat, et elle ajoute : « Avec cette manifestation et la question d’avenir que constitue la mobilité électrique, Zurich peut se positionner comme pôle d’innovation et destination touristique sur le plan national et international. La formule E est portée par des entreprises suisses : Julius Bär (Global Partner de la série depuis 25014 et sponsor en titre à Zurich) et ABB (sponsor en titre au niveau mondial).

L’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (ETH) également s’engage, avec une implication dans le programme cadre de l’événement. Elle veut profiter de la plateforme offerte par les eDays pour mettre le focus sur le thème de la mobilité. Lino Guzzella, président de l’ETH, souligne que « la mobilité – respectueuse de l’environnement, efficace en terme d’énergie et abordable – constitue un thème central dans la recherche et la formation au sein de l’ETH. » Au-delà d’une compétition sportive, la course de Formule E qui se déroulera dans le quartier Enge, représentera une occasion idéale pour aborder ce sujet important. « Nous le faisons lors d’un symposium, le 8 juin, ainsi qu’au moyen de projets de formation et de spin-offs qui seront présentés dans le cadre des dDays. » annonce Guzzella.

Un sondage (qui démontre une approbation à plus de 70 %) et les chiffres de la prévente font état de l’expectative de la population par rapport à cette course en circuit, la première en Suisse depuis plus de six décennies. Les 2’500 places disponibles sur les tribunes, vendues à CHF 100, ont été écoulées en moins d’une heure. Le même constat se dresse pour les tickets VIP, vendus entre CHF 1’289 et CHF 2’500 tout de même. Mis à part cela, le prix de Formule E est en principe un événement gratuit, car les places debout, tout autour du circuit, ne sont pas payantes.

Le circuit couvre une distance de 2,46 km au bord de la zone portuaire de Zurich. Le départ sera donné près du port Enge, au Mythenquai. La course comprend neuf virages, y compris un virage en épingle juste avant la ligne droite de départ/arrivée. « Sur cette longue ligne droite et sur celle d’en face, des manœuvres de dépassement sont tout à fait possibles, » indiquent les experts, séduits par le parcours attractif. Le prix de Formule E de Zurich débute à 18 heures. La course a lieu un dimanche, en raison aussi du fait que les organisateurs sont soucieux de gêner le moins possible la circulation au centre-ville. L’horaire officiel prévoit un entraînement libre de 45 minutes, à partir de 9 heures. La deuxième séance d’entraînement de 30 minutes débute à 11.30 heures. À partir de 14 heures, les quatre groupes du qualifying partiront à la chasse aux meilleures places sur la grille de départ.

Championnat du monde de la formule E

L’un des participants est particulièrement heureux de cette course. Sébastien Buémi, champion du monde 2016 (avec le team e.dams Renault) est le seul Suisse au départ et recueillera sans doute toutes les sympathies du public local. « J’ai vraiment hâte de prendre le départ ! L’ambiance très spéciale d’une course en ville et les spectateurs concitoyens – c’est une association géniale ! Depuis très longtemps déjà, je rêve de pouvoir vivre ça ! » Le Romand de 29 ans donnera tout pour offrir à ses fans la victoire. Mais ce sera loin d’être facile ! Les concurrents forts, tels que Jean-Eric Vergne, ancien pilote de formule 1 (FR, Techeetah/Chine), Lucas di Grassi (BR, Audi Sport Abt Schaeffler/DE), Nelson Piquet Jr. (BR, Panasonic Jaguar Racing/GB) ou Nick Heidfeld (DE, Mahindra Racing/IN) essayeront de lui mettre des bâtons dans les roues.

En formule E, les fans ont la chance de jouer un rôle actif par rapport au résultat de la course. « Fanboost » leur permet de voter pour leur favori et de le faire bénéficier d’une poussée de performances. Les trois pilotes ayant le plus grand nombre de votes fanboost reçoivent une poussée (boost), à utiliser durant 5 secondes dans la deuxième partie de la course. Les votes peuvent être déposés sur fanboost.fiaformulae.com six jours avant et jusqu’à six minutes après le début de la course.

Amusements, musique et divertissements autour du parcours seront également au programme pour les spectateurs. Les amateurs, petits et grands, peuvent vivre un bon moment à l’Allianz E-Village et découvrir le monde du sport automobile Formule E et de la mobilité électrique.

Championnat du monde de la formule E : E-Village Allianz

 

Images: zVg / Markus Rutishauser

Auteur: Markus Rutishauser

Cet article vous plaît-il ?:

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.