Les jalons pour un nouveau départ ont été posés

Fokus

Les jalons pour un nouveau départ ont été posés

Le Schaffhousois Thomas Hurter (52) a été élu brillamment comme nouveau président central de l’ACS. À l’occasion de l’Assemblée des délégués du 16 septembre 2016 à Langenthal, 114 sur 118 délégués se sont prononcés en faveur de ce Conseiller national UDC.

Thomas Hurter doit ramener l’Automobile Club de Suisse ACS, qui a fait l’objet pendant plusieurs mois d’une véritable campagne de diffamation, dans des eaux plus calmes. Pour accomplir cette tâche, le Conseiller national schaffhousois pourra compter sur un soutien puissant, car il a été élu comme nouveau président central par 114 délégués sur 118 et 18 sections sur 19. Il était le seul candidat à cette fonction après que le Conseiller national PLR Christian Wasserfallen (35) se soit retiré. Hurter succède au Bernois Mathias Ammann qui était tombé en disgrâce auprès d’une majorité des sections du club. Après son élection brillante, le Schaffhousois a souligné qu’il se réjouissait de relever ce défi: « Il importe à mes yeux que nous abordions maintenant l’avenir en équipe dans l’intérêt de tous les membres de l’ACS! Nous devons tirer au clair au plus vite les évènements passés et prendre un nouveau départ. »

Le poste vacant de directeur général fera l’objet d’une nouvelle mise au concours. Le titulaire précédent de cette fonction, Stefan Holenstein, licencié suite à une lutte de pouvoir à la mi-juin par le Comité de direction précédent, placé sous l’égide d’Ammann, a déclaré en août renoncer à se représenter. D’ici à la fin de l’année 2016 au moins, les affaires opérationnelles continueront donc à être traitées par Michael Gehrken sur la base d’un mandat de concert avec l’équipe de l’administration centrale à Berne.

Cinq nouveaux membres du CD

N’ont pas été réélus dans le Comité de direction (CD) à Langenthal les anciens membres Luc Pittet (section Vaud) et André von der Weid (Fribourg). Andreas Blank (Berne, membre du Grand Conseil), Roland Borer (Mitte, ancien Conseiller national SO) et Fernando Quadri (Tessin) n’ont pas non plus eu de chance dans les élections effectuées au vote à main levée. Ils avaient été proposés par l’ancienne équipe de direction. L’Assemblée des délégués a désigné cinq nouveaux membres sur les six sièges à pourvoir. En dehors de Ruth Enzler (Zurich), membre du précédent Comité de direction, qui avait été exclue en été des séances du CD, Julien Broquet (Les Rangiers), René Desbaillets (Genève), Peter Hirn (St-Gall-Appenzell), Lorenz Imhof (les deux Bâle) et Beat Studer (Schwyz-Uri) ont été désignés pour siéger dans le nouveau Comité de direction. Le fait que la Suisse méridionale ne propose pas de représentant a suscité quelque mécontentement. Mais la nouvelle direction a immédiatement signalé que l’on envisageait de corriger le tir d’ici à la prochaine Assemblée des délégués au plus tard.

dv_neues_cd

 

Le nouveau Comité de direction (de gauche): Beat Studer (Schwyz-Uri), René Desbaillets (Genève), Peter Hirn (St-Gall-Appenzell), Ruth Enzler (Zurich), Julien Broquet (Les Rangiers) et Lorenz Imhof (les deux Bâle).

Recours approuvés

Les délégués se sont prononcés clairement en faveur de l’approbation des recours en suspens de la section des Grisons et de son président Martin Buchli. Ils concernent la décision du Comité de direction (CD) de reporter l’Assemblée des délégués du 23 juin 2016, la décision du CD de retirer aux recours l’effet suspensif ainsi que la suspension de Ruth Enzler du CD, respectivement la nullité de toutes les décisions prises par le CD du 15 juillet au 16 septembre 2016. Le fait que le président central Mathias Ammann a signalé aux délégués qu’une approbation des recours allait conduire à des litiges juridiques encore plus étendus n’a pas incité la majorité des délégués à changer d’avis. Ils ont approuvé clairement les recours dans une proportion de 67:41.

Bien que les comptes annuels 2015 aient bouclé sur un bénéfice de 2258 CHF, ils ont été refusés par les délégués par 82 Non contre 27 Oui et 9 abstentions. Les délégués ont aussi refusé de donner décharge aux organes. Cette décharge est reportée à la prochaine Assemblée des délégués. Le budget 2016 a été délégué à la Conférence des présidents de novembre. Il convient de relever que la situation financière de l’ACS est saine.

Pas d’intérêt pour le rapport du BDO

Pendant la campagne de diffamation au sein de la direction du club, tant le « camp Ammann » que le « camp Wasserfallen » ont fait élaborer un rapport d’enquête indépendant qui a pour but d’analyser les évènements des mois passés. Le rapport d’enquête du professeur en droit zurichois Tomas Poledna (Wasserfallen) est arrivé à d’autres conclusions que celui de la fiduciaire BDO Visura (Ammann). La décision du tribunal régional de Bern-Mittelland de début septembre ne peut rien changer à l’évaluation de Poledna que l’Assemblée des délégués du 23 juin 2016 à Yverdon-les-Bains était légitime. Ce tribunal avait statué que Wasserfallen n’avait jamais été le président central légitime de l’ACS. La présidente du tribunal a justifié sa décision par le fait que les sections n’ont pas toutes été informées de l’organisation de l’AD du 23 juin 2016, raison pour laquelle elle doit être considérée comme nulle. Les délégués ont refusé à Mathias Ammann de présenter dans le cadre de l’assemblée des délégués à Langenthal le rapport d’expertise de BDO AG.

De plus, le président central sortant a dû encaisser d’autres défaites. On lui a par exemple refusé un enregistrement de l’assemblée tout comme un scrutin secret du Comité de direction. L’adversaire le plus coriace d’Ammann, Martin Buchli, Président de la section des Grisons, a obtenu des votations dans lesquelles une majorité claire des délégués se sont opposés au président central.

Qui va payer?

La lutte pour le pouvoir au sein de l’ACS va encore continuer à occuper les tribunaux au cours des semaines et mois à venir. Plusieurs plaintes pénales sont en cours. Elles concernent principalement Mathias Ammann et son Comité de direction ainsi que l’ancien directeur général Stefan Holenstein. Les juges seront notamment appelés à statuer qui devra prendre en charge les frais considérables des litiges juridiques occasionnés depuis l’Assemblée des délégués « sauvage » des sections dissidentes du 23 juin 2016. Le dernier chapitre de la lutte pour le pouvoir de l’ACS n’est pas encore écrit.

Facts

 

Thomas Hurter

Au Conseil national, le nouveau président central de l’ACS Thomas Hurter s’est taillé une renommée comme politicien des transports et de la sécurité. Pendant deux ans (jusqu’en novembre 2015), il a présidé la Commission de la politique de sécurité du Conseil national. Ce Schaffhousois âgé de 52 ans est perçu comme collégial, sociable et disposé au dialogue. En 2015, certains le voyaient même déjà devenir Conseiller fédéral. Ce père de famille de deux enfants est membre de l’ACS depuis 22 ans, son épouse est la vice-présidente de la section de Schaffhouse. Hurter est un ancien pilote militaire de carrière, depuis 1993, il est pilote de ligne et depuis 2002, inspecteur de l’examen d’aptitude professionnelle aéronautique. Actuellement, ce Schaffhousois conduit un avion long-courrier A330 der SWISS. Pendant ses loisirs, il pratique beaucoup de sport et notamment le ski et l’aviron.

L’ACS est le seul club de mobilité de Suisse à connaître une augmentation de son effectif de membres. Pour la première fois depuis plus de deux décennies, le club a dépassé cette année de nouveau le seuil des 110‘000 membres.

photos Markus Rutishauser

 

Auteur: Markus Rutishauser

Cet article vous plaît-il ?:

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.