Smartphones et circulation routière

Conseils d’expert

Les Smartphones tuent

Les Smartphone investissent tous les domaines de notre vie et n’excluent pas la circulation routière. Des études menées par des experts de la circulation routière le démontrent : environ la moitié des automobilistes se laisse distraire en conduisant, d’une manière ou d’une autre, par un appareil numérique.

Un simple calcul fait comprendre la dangerosité de l’utilisation des périphériques numériques en voiture : en roulant à 50 km/h, un coup d’œil de 2 secondes sur l’écran est équivalent à 30 mètres de navigation à l’aveugle. À 120 km/h, on atteint même 67 mètres. Si la voiture précédente effectue un freinage imprévu, ou si un piéton se déporte brusquement sur la chaussée, il est trop tard pour réagir. Par ailleurs, des chercheurs ont effectué des essais dans un simulateur de conduite, qui ont prouvé que le fait d’écrire un message texte correspond à l’effet perturbateur d’une alcoolémie de 1,1 pour mille.

Les experts en déduisent que le nombre croissant d’accidents de la circulation serait à imputer partiellement aux périphériques numériques dans les voitures. La police constate une augmentation des infractions liées à l’utilisation de Smartphones, mais des cas non dénoncés sont extrêmement nombreux. Très souvent, la police ne peut même pas constater l’utilisation du Smartphone, car souvent, l’automobiliste pose son appareil sur ses genoux et le rend ainsi invisible depuis l’extérieur.

Officiellement, il n’existe pas de preuve attestant d’une corrélation entre l’utilisation des Smartphones et le nombre croissant d’accidents. Car les statistiques des accidents ne considèrent pas une distraction comme étant à l’origine d’un accident. Peu souvent seulement, on peut établir la preuve qu’un Smartphone a été utilisé avant l’accident. Les autorités peuvent confisquer et faire analyser le dispositif uniquement en cas d’accident grave et de suspicion initiale. Des experts de la circulation routière estiment à environ un tiers les accidents causés par une distraction, et à 12 à 13 % la part d’accidents liés directement à l’utilisation de Smartphones.

Les nouveaux conducteurs apparaissent comme particulièrement menacés. En cumulant les risques liés au manque d’expérience au volant et une moindre conscience du risque, ils sont depuis toujours à l’origine de la plupart des accidents de la route. De plus, ce sont les jeunes qui utilisent le plus souvent les périphériques numériques.

Les personnes à l’origine d’accidents, ayant été distraites au volant par leur Smartphone, doivent s’attendre à des amendes salées et au retrait de leur permis. De plus, leur comportement aura des conséquences graves dans la relation contractuelle avec leur assureur.

Image: Adobe Stock

Auteur: ACS Schweiz

Cet article vous plaît-il ?:

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.